top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurPetitsPasduBonheur SG

Tambour Chamanique

Naturellement quand on parle d’hypnose ou de thérapie du lien et des mondes relationnels (HTSMA/TLMR), on parle d’état modifié de la conscience. Dans les médecines ancestrales, aux quatre coins du monde, cet état modifié de la conscience était utilisé pour soigner.


Les « transes » peuvent être induites de bien des façons, par la musique, par la danse, par des plantes, par le chant, par la parole…


J’ai eu la chance, au cours d’un voyage en Afrique en 1996, d’assister à une cérémonie traditionnelle. Les tambours chantaient, et tout comme les battements du cœur rassurent un nourrisson, les ronronnements du chat apaisent, je ne saurais pas trop expliquer comment le tambour résonne en moi. J’ai mis ça sur ma préférence pour les percussions de manière générale.


En Inde, les tablas me faisaient le même effet, et peu après mon voyage de 2006, j’ai rencontré le son du Hang, les vibrations, l’harmonie, je me suis dit que j’avais trouvé ce qui me convenait mieux.


Les années passent et les percussions sont toujours présentes, il y a quelques temps ma cousine est allée faire son tambour chamanique, avec le temps qu’elle a passé à vivre parmi les peuples amérindiens ça faisait sens, mais moi je ne m’y connaissais pas plus que ça. Je savais que l’homme médecine, le penseur d’âme, le chaman, utilisait le tambour pour soigner, voilà tout.


L’idée de me faire un tambour revenait régulièrement, j’ai demandé à ma cousine des renseignements, mais la vie a éloigné l’idée pendant encore quelque temps.


Pendant le premier confinement en 2020, je suis tombé par hasard sur une invitation pour une méditation de groupe au son du tambour chamanique. Une fois de plus, ça se rappelait à moi.


Cette année, après bien des pérégrinations, j’ai ressenti le besoin pressant de fabriquer mon tambour. Et avant de trop réfléchir, de me poser trop de questions, j’ai réservé le stage de fabrication. Il restait à attendre le mois d'août.


J’ai eu la chance de rencontrer Martine Gercault (psychologue, psychothérapeute) en congrès, qui nous a fait voyager au son de son tambour, et qui nous a partagé son chemin, son expérience. J’ai son livre (à lire d’ailleurs) “une psy parle aux esprits”, cette rencontre, ces échanges n’ont fait que me rendre encore plus impatiente pour le stage qui arrivait.


Quatre jours! Quatre jours pour faire naître mon tambour. Quelle expérience ! Ma nature contemplative et mon amour de la nature ont été servis. Le stage avait lieu sur un plateau en Ardèche, seule dans une tente au milieu de la forêt comme les dix autres participants. Des rencontres formidables, ça fait du bien de croiser de si belles personnes, avec leurs failles… mais surtout avant tant de richesses, tant de générosité… de très beaux moments de partage.


Lâcher prise, confiance, partage, harmonie, vibrations, générosité, simplicité, valeurs, respect, nature… et encore bien d’autres mots… Une immense gratitude me vient quand j’y pense, MERCI


Sans vous parler de tous les moments magiques passés pendant ces quelques jours, je ne peux tout de même pas passer à côté des derniers instants. De ce moment où tous nos tambours ont chantés ensemble, vibrés ensemble, de la résonance, de l’harmonie, de tout ce qui se passe, de ce qui nous traverse pendant ce partage. On a écouté le tambour de chacun, ce son unique, et on a encore joué ensemble un peu, difficile de se séparer après ces quatre jours.


Deux merveilleuses sœurs nous ont offert un chant qui ne se transmet qu’à l’oral, j’en ai des frissons, un pur moment de bonheur…


Et voilà mon tambour est né, je n’ai aucunement la prétention de prétendre soigner avec, mais je sais qu’il va m’accompagner, que je vais apprendre à le connaître et que je vais m’en servir pour aider, partager, voyager.



Je vais continuer de m’initier au chamanisme, j’ai eu l’occasion de faire quelques voyages au tambour depuis mon retour. D’ailleurs amis des Hauts de France, si ça vous intéresse, la personne qui a guidé mes derniers voyages va organiser des stages chamaniques de voyage au tambour dans votre magnifique région. Je vous mets en lien son site et sa page Facebook en cours d’élaboration :

N’hésitez pas à la contacter.


Chaque tambour a sa propre énergie, sa propre vibration, et chacun fait pourtant penser aux battements d’un cœur. Sans même parler de chamanisme, la méditation au son du tambour a quelque chose de « magique », j’ai hâte de partager cela avec ceux qui le souhaiteront.


Je vais ce week end en stage pour continuer mon initiation, et du coup, encore de beaux moments en perspective. J’en ai profité pour faire une housse de protection pour mon tambour, j’ai recyclé un boubou africain que l’on m’avait offert et auquel je tiens beaucoup. Il arrivait en fin de vie et j’adore l’indigo, je suis contente qu’il reste près de moi pour sa seconde vie.



25 vues

Kommentare


Si vous souhaitez commenter merci de vous inscrire

(Option obligatoire indépendante de ma volonté)

bottom of page