top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurPetitsPasduBonheur SG

Les Emotions



Souvent, je fais référence aux gratitudes, aux pensées positives… Mais notre vie n’est pas faite que de pensées positives et de remerciements. Et même si les gratitudes aident de façon certaine, et que les nouvelles recherches en neurosciences tendraient à approuver la méthode coué, montreraient que notre environnement, nos habitudes jouent un rôle essentiel (merci à toutes ces découvertes en épigénétique), il ne faut pas pour autant nier nos autres émotions.


Au contraire, toutes les émotions ont leur place, leur importance. Nier ou refouler une émotion n’est pas la solution, même si cette émotion est négative. La colère peut être parfois une bonne motivation, comme la tristesse… Accepter une émotion, la ressentir, la laisser prendre la place qu’elle mérite, même si ce n’est pas toujours évident à son importance.


On parle parfois de personnes qui mangent leurs émotions, le stress, l’ennui, la tristesse… sont parfois difficiles à gérer. Alors il est parfois plus facile de manger sans faim, pour avoir la sensation de calmer l’émotion qui nous agite. Outre les comportements alimentaires, d’autres addictions peuvent également être le symptôme d’émotions non ou mal gérées.


Un vrai travail est nécessaire pour apprendre à identifier ses émotions, cela peut vous sembler facile, mais il faut être en mesure d’y associer les ressentis physiques associés… Ça permet de les conscientiser, de les reconnaître pour ce qu’elles sont, de les accueillir.


L’autre grande partie du travail à faire face à une émotion, après y avoir mis des mots, et de chercher à comprendre l’origine de cette émotion, ce qu’elle est venue nous dire. Ce n’est pas si facile, nos croyances limitantes sont le principal frein qu’il faudra déconstruire. Vous savez toutes ces croyances que l’on a et que l’on accepte comme une réalité, elles trouvent leur fondement dans nos expériences passées, parfois très précoces, nos failles… Malheureusement on a tendance à les nourrir de façon inconsciente tant elles sont ancrées. Comprendre nos émotions, les nommer, les accepter, permet de sortir du schéma et de ne plus être victime du passé.


Et enfin, il faut exprimer nos émotions, pour pouvoir leur permettre de repartir comme elles sont arrivées. Parfois avec l’enseignement de ce qu’elle est venue mettre en travail chez nous, parfois juste comme ça.


Quoi qu'il en soit, accepter l’émotion, la laisser nous traverser, y mettre des mots, en comprendre l’origine, l’exprimer aux autres permet de baisser notre charge émotionnelle et de ne plus se laisser submerger.



Le fonctionnement de mon bullet journal évolue depuis trois ans. Au quotidien, j’ai souvent du mal à le tenir à jour, à y dessiner, au lieu de m’aider et d’être mon deuxième cerveau, il me pèse. Alors il était temps de trouver une nouvelle organisation, de lui rendre son utilité sans pression.


J’ai conservé un organisation assez basique, plus pratico-pratique, moins décorée :

  • une page avec un tableau récapitulatif du mois

  • en face mon mandala des émotions

  • une page avec mes séries, mes films, mes livres du mois

  • une page à faire

  • une double page par semaine

  • à la fin du moins une double page avec les moments forts, les gratitudes et où je colle mes souvenirs (entrée expo, carte de resto…) mais aussi les moments difficiles.

Je remplis mes journées avec, tout de même, les rendez-vous à honorer… mais plutôt que de lister tout ce qu’il y à faire, je liste le soir tout ce que j’ai fait. Comme ça moins de pression, et un sentiment de choses accomplies, pas de regrets.

Comments


Si vous souhaitez commenter merci de vous inscrire

(Option obligatoire indépendante de ma volonté)

bottom of page